[Actualisé] REPORT | Empaquetage de l'Arc de Triomphe | Projet Christo

Le CMN, le Centre Pompidou et Christo annoncent les nouvelles dates de l'Arc de Triomphe empaqueté (Projet pour Paris, Place de l’Étoile-Charles de Gaulle) : du 18 septembre au 3 octobre 2021. Lire le communiqué de presse CMN/Centre Pompidou/Christo  ("Historique du projet", second paragraphe au sujet de la cérémonie du ravivage).

 

L'Arc de Triomphe, Wrapped (Project for Paris) Place de l'Etoile – Charles de Gaulle. Dessin 2019 en deux parts 15x96" et 42 x 96" (38 x 244 cm et 106.6 x 244 cm). Crayon, fusain, pastel, crayon à la cire, peinture émaillée, étude architecturale et topographique, carte dessinée à la main sur vélin et ruban adhésif Photo: André Grossmann © 2019 Christo

 

Le « Comité de la Flamme sous l'Arc de Triomphe - Flamme de la Nation » a été informé très tôt du projet de Christo, consistant à emballer l'Arc de Triomphe.

Le Comité de la Flamme tient à rappeler, qu'il est responsable de l'entretien de la Tombe du Soldat Inconnu et que sa vocation consiste à assurer le cérémonial quotidien du « ravivage de la Flamme », cérémonial qui est respecté depuis bientôt un siècle et qui s'élargit progressivement à l'ensemble de la Nation, puisqu’aujourd’hui, le nombre d’élèves est bien souvent supérieur à celui des anciens combattants.

Il rappelle également que l’Arc de Triomphe a été conçu par un empereur, puis bâti par un roi et c’est la République qui en fit un cénotaphe. Il a servi, en effet, longtemps à rendre hommage aux troupes victorieuses ; et c’est après les hécatombes du la Grande Guerre,  le 11 novembre 1920, qu’il a été décidé d’inhumer en dessous un soldat, mort au cours de la Grande Guerre. Cette tombe est désormais à la fois le tombeau d’un soldat, dont nul ne connaît le nom, et le cénotaphe de tous ses compagnons d’armes, d’hier et aujourd’hui, morts pour la France.

Ainsi, si le Comité de la Flamme est responsable de cette tombe, c’est bien le Centre des Monuments Nationaux qui gère l’Arc de Triomphe, en parfaite coordination avec le Comité de la Flamme. Il faut ajouter qu’en raison de sa situation, à l’extrémité des Champs Élysées, ce monument sert également d’écran lors de cérémonies ou même de fêtes (centenaire du Tour de France, nuit du 31 décembre, etc.). À cet égard, le président de La Flamme s’était élevé contre la mairie de Paris, lorsque la photo d’un handballeur, certes champion du monde dans sa discipline, avait été projetée.

Au cours des travaux préliminaires du projet de Christo, le Comité de la Flamme a insisté sur les points suivants :

- la Tombe du Soldat Inconnu doit être en permanence respectée,

- la cérémonie quotidienne doit pouvoir se dérouler sans aucune difficulté, conformément au cérémoniel, désormais centenaire, et les associations et le public doivent pouvoir continuer à y participer sans contrainte,

- et cela, tout au long des phases de montage, de visite et de démontage du projet.

Enfin, le Comité de la Flamme tient à préciser qu'il reste toujours soucieux du respect de la Tombe, et qu'il a toujours demandé que la recherche esthétique du projet prenne bien en compte ce respect de la « Dalle Sacrée ». Pour avoir visité récemment une maquette du projet, le président peut affirmer que ce sera le cas.

À présent, chacun est libre de partager, ou non, le choix esthétique  de l'artiste sur l'Arc de Triomphe, qui ne doit pas interférer avec la dignité du site et le respect dû au Soldat Inconnu et, à travers lui, à tous ceux, d’hier et d’aujourd’hui, qui sont morts pour la France.

 

Pour en savoir plus : L'Arc de Triomphe empaqueté (site Internet du CMN)